Notre projet de société

Aujourd’hui, la société de croissance capitaliste détruit le vivant, tel un rouleau compresseur. Elle instaure des relations de domination entre différentes parties de l’humanité et du vivant. Les milieux politiques et économiques ont jusque là échoué à changer véritablement de trajectoire. La surexploitation des ressources naturelles et humaines pour le profit à court terme est un désastre sur tous les plans. 

Le projet de société qui émane du mouvement de la transition et que défend le Réseau Transition asbl est donc une nécessité politique, économique, sociale, environnementale, et de survie. Il est formé de toutes ces actions, projets alternatifs et luttes qui œuvrent pour un changement intégral et radical. Ce projet de reconstruction s’ancre dans un changement culturel qui le rend plus puissant et plus profond. 

Le projet de société du Réseau Transition asbl est une vision cohérente de l’organisation et du fonctionnement d’une société post-croissance, résiliente, juste et inclusive, mais aussi régénératrice et qui respecte le vivant. Nous avons l’intention de le mettre en œuvre au sein du mouvement international de la transition dont l’asbl fait partie. Nous avons déjà commencé, depuis des années. Ce projet s’ancre dans un changement culturel profond. Il est soutenu par des valeurs morales, des principes et des orientations. 

Aujourd’hui, la transition passe inévitablement pour de nombreuses personnes par des projets collectifs. Le Réseau Transition asbl vise la création dans ces groupes, de relations saines au pouvoir. Mais également l’appropriation de processus de gestion de conflits inclusifs et qui créent la paix. Elle nous invite à mettre en place des dynamiques régénératrices où les individus du groupe trouvent un équilibre résilient entre ce qu’ils donnent et ce qu’ils reçoivent. Chaque “je” y trouve une place dans le “nous”. Ces groupes sont aussi des lieux d’apprentissage des manières vertueuses et savoureuses de répondre à leurs besoins fondamentaux, des lieux où les individus se sentent en sécurité pour oser changer de vie et mettre en place les changements dont ils ont besoin et qui ont du sens pour eux… plutôt que de se sentir prisonniers d’une société qui détruit le vivant…

Dans ce projet de société, l’homme retrouve une place plus juste au sein du vivant. Il n’en est plus “le centre” avec, autour de lui, « une nature » ou « un environnement ». Il fait partie intégrante du vivant et en tant que tel, se sent concerné par la préservation et la régénération des écosystèmes dont il est et dépend pour vivre.

Ce projet de société est visible, pour qui veut bien le voir, à travers les projets magnifiques et les luttes nécessaires qui fleurissent un peu partout. Recréer des liens de solidarité et d’entraide dans les quartiers, développer des dynamiques de progrès social, qui veulent inclure et permettre à toutes les composantes de la société (classes populaires, classes moyennes, entrepreneurs sociaux…) de trouver une place valorisée. De construire ensemble une société plus juste et solidaire, qui favorise les rencontres entre les cultures. Apprendre à devenir plus autonome d’un point de vue alimentaire et énergétique, développer des modes de vie sobres et heureux, créer de nouvelles entreprises coopératives qui répondent aux besoins fondamentaux réels, soutenir les luttes nécessaires (participer à des manifestations de la coalition climat, montrer du doigt et bloquer des industries ou des banques qui détruisent l’avenir pour leur profit immédiat, participer à des lettres ouvertes de la société civile…). Mises toutes ensemble, ces alternatives montrent que l’on pourrait remplacer notre mode de vie par un autre, beaucoup plus juste et humain à la fois. 

Parallèlement à cette partie visible et concrète du mouvement de la transition, la transition intérieure, moins visible, nous invite à mettre de la profondeur dans ce projet de société. A le rendre plus radical. Il s’agit de toucher aux racines de notre mode de vie consumériste et destructeur. En d’autres termes, en déployant la transition intérieure, l’asbl vise à développer un regard critique qui favorise l’émergence d’un véritable changement de paradigme. Cette transition intérieure se décline en référence à l’approche intégrale et aux 4 quadrants décrits par Ken Wilber. Celle-ci met en évidence que tout changement intégral a des composantes extérieures et intérieures, individuelles et collectives.

Ainsi, pour que ce projet se déploie, il a besoin d’être accompagné d’un imaginaire, de récits qui le portent et l’emportent plus loin, plus haut. Des récits qui donnent du sens aux petites actions quotidiennes et aussi aux efforts à fournir pour mettre en place ces changements qui ne sont pas toujours confortables. Il est indispensable que ce changement soit porté par un changement profond de conscience, un changement culturel sociétal sur les plans psychologique, culturel et spirituel. Ainsi, la transition intérieure vise et soutient une transformation intégrale des racines de notre société, articulant en profondeur transformation de soi et transformation du monde.

Le Réseau Transition favorise l’émergence d’un nouveau paradigme

Le changement de paradigme proposé par l’asbl Réseau Transition est donc par essence systémique. Il s’agit de réinventer ensemble dans une dynamique ascendante, à partir des expérimentations et innovations citoyennes “en transition”, une nouvelle culture, de nouveaux imaginaires, de nouvelles pratiques collectives, de nouveaux comportements, de nouvelles manières de penser et d’être…

Print Friendly, PDF & Email