Gestes facilitateurs de réunion

Ces gestes ont chacun leur signification et permettent une gestion de la parole plus fluide et harmonieuse. Leur utilisation est la bienvenue dans toutes réunions et dans les pratiques de parole au centre (vous pouvez en savoir plus sur la pratique de la parole au centre sur la fiche « gestion de parole »). Il est toujours préférable de rappeler ces gestes et la consigne qui va avec chacun d’eux au début d’une réunion quand on pose le cadre pour éviter une mauvaise utilisation.

Lors d’une réunion/formation/animation, il est toujours utile d’avoir un support écrit visible par tous reprenant ces signes et leur signification. En outre, ces signes sont utilisable à la fois « en direct » (avec présence physique), ou lors de communication skype ou d’autres vidéo-conférences.

Le « T » :

Le « T » veut dire technique, il signifie qu’il y a un souci technique qui fait qu’on ne peut plus continuer la discussion jusqu’à ce que ce problème technique soit résolu. Par exemple : « Il fait trop froid, je n’arrive pas à me concentrer je vais mettre un peu de chauffage »« Ça sent le brulé ! » ou encore « Quelqu’un est en train de frapper à la porte de devrions-nous pas aller vérifier de qui il s’agit ? »

Lors d’une réunion par Skype, on emploie se signe on mettant « T » en majuscule dans la fenêtre de discussion.

Le « L » :

Le « L » est pour langage, quand on ne comprend pas un mot (qui serait par exemple du jargon ou un terme technique) et que cela nous empêche de comprendre la suite, il faut utiliser ce signe. Le « L » est également très utile lorsque les personnes présentes lors de la réunion/formation/animation parlent des langues différentes.

Lors d’une réunion par Skype, on emploie se signe on mettant « L » en majuscule dans la fenêtre de discussion.

Le « i » :

On lève notre index devant nous ou au niveau de notre tête pour exprimer qu’on a une information de contenu importante à partager aux autres participants une fois que la personne qui parle aura terminé.

On distingue le « i » du « ii » (ou double « i »). Le « ii » signifie qu’on a une information importante à partager avant que la personne qui parle puisse continuer.

Lors d’une réunion par Skype, on emploie ce signe on mettant « i » ou « ii » en minuscule dans la fenêtre de discussion.

Le « j’approuve et je partage cette pensée » :

Il s’agit de la forme d’applaudissement qu’utilisent les personnes malentendantes. Les mains sont de part et d’autres de la tête, doigts étendus vers le haut et décollés les uns des autres. On effectue des petites rotations avec les mains dans cette position quand on approuve ce qu’une personne est en train d’exprimer et qu’on partage son avis.

Lors d’une réunion skype, l’équivalent de ce signe est un « Y » en majuscule dans la barre de conversation. Dans la situation où le facilitateur de la réunion demande si il y a une objection, on peut répondre par la lettre « N » dans la barre de discussion pour signifier qu’il n’y en a pas.

Le « je désapprouve et ne partage pas cette pensée :

Les mains sont de part et d’autres du torse, ventre ou cuisses. Les doigts sont étendus vers le bas et décollés les uns des autres. On effectue des petites rotations avec les mains dans cette position quand on désapprouve ce qu’une personne est en train d’exprimer et qu’on ne partage pas son avis.

Précaution d’usage très importante : l’utilisation de ce geste est à utiliser avec des pincettes et seulement dans des situations exceptionnelles, avec des participants qui ne chercheraient pas à nuire à d’autres participants. En effet, si lors d’une réunion, à chaque fois qu’un participants en particulier prend la parole et que plusieurs personnes effectuent ce geste systématiquement, au bout d’un certain temps, la personne ne s’exprimera plus du tout dû au feed back négatif constant. Donc, introduire l’utilisation de ce geste est risqué dans les pratiques d’intélligence collective (où idéalement la totalité des participants est amenée à s’exprimer).

Le « augmente le volume » :

Paume de la main ouverte vers le haut, doigts droits et collés les uns aux autres. Avec toute la main, on effectue des mouvements de va et viens verticaux et horizontaux. On utilise ce geste pour dire à la personne qui parle qu’on ne l’entend pas bien et qu’elle doit parler plus fort.

Le « diminuons le volume » :

Paume de la main ouverte vers le bas, doigts droits et collés les uns aux autres. Avec toute la main, on effectue des mouvements de va et viens verticaux et horizontaux. On utilise ce geste pour trois cas de figure :

1) La personne qui parle pour le moment, parle trop fort et on lui demande de diminuer le volume

2) Les échanges dans le groupe s’emballent et tout le monde parle de plus en plus fort, on fait le geste pour demander au groupe de diminuer le volume et retrouver une ambiance plus calme.

3) Le débit de parole de la personne qui parle est trop importante, et tout le monde n’arrive pas à suivre (utilisation la plus courante).

Le « moulinet » :

Les mains sont au niveau du torse, les points sont fermés. Les deux poings fermés font un gestes de moulinet dans un sens ou dans l’autre.

On utilise ce geste quand on sent que les discussions se répètent ou tournent en rond, que l’information qui est en train d’être exprimée est redondante.

Précaution d’usage très importante : l’utilisation de ce geste est à utiliser avec des pincettes et seulement dans des situations exceptionnelles, avec des participants qui ne chercheraient pas à nuire à d’autres participants. En effet, si lors d’une réunion, à chaque fois qu’un participants en particulier prend la parole et que plusieurs personnes effectuent ce geste systématiquement, au bout d’un certain temps, la personne ne s’exprimera plus du tout dû au feed back négatif constant. Donc, introduire l’utilisation de ce geste est risqué dans les pratiques d’intelligence collective (où idéalement la totalité des participants est amenée à s’exprimer).


Puisque vous êtes ici…

…nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à s’impliquer dans le mouvement de la Transition en Belgique et à travers le monde, mais il est pourtant de plus en plus difficile de financer nos missions de base : favoriser l’émergence et le déploiement de la Transition à travers des formations, du support, des événements, des témoignages…

Si toutes les personnes qui sont impliquée ou lisent et apprécient les contenus sur notre site contribuent financièrement, l’action du Réseau Transition sera pérennisée et renforcée. Même pour 5 €, vous pouvez soutenir la Transition - et cela ne prend qu’une minute. Merci !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.