Animer votre initiative

Ces outils sont extrait du manuel de transition écrit par Rob Hopkins (paru en 2010 aux Editions Silence & Ecosociété). D’autres outils très utiles sont présentés sur le site du Transition Network et dans son livre suivant : The Transition Companion (paru en 2011, disponible en anglais aux éditions Green Books). Nous avons commencé à adapter ces ingrédients en français, vous pouvez les trouver ici.

Tirer le meilleur parti de vos événements publics

La projection d’un film est plus qu’une simple occasion de faire asseoir du monde devant un écran. De même, une conférence est bien plus qu’une occasion d’écouter les réflexion d’un penseur bien connu sur un suet donné. Ces deux types d’événements sont autant d’occasion d’amener les gens à se parler, à créer des liens sociaux et à étoffer leurs réseaux. On peut même affirmer que ce point est beaucoup plus important que le film lui-même. Il est aussi important de prévoir un « temps de digestion », c’est-à-dire du temps pour réfléchir à ce que les gens ont entendu, plutôt que de déverser de l’information sur eux avant de les envoyer se coucher, clignant des yeux et abasourdis.
Vous retrouverez une fiche spécifique à l’animation de projections de films ici.

Voici quelques idées pour vos projections ou conférences :

Réfléchir et écouter
Généralement, juste avant le film ou la conférence et encore juste après, nous invitons les gens à se tourner vers leur voisin et à parler cinq minutes chacun, puis à écouter l’autre. Avant le film, le thème est « Qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui vous amène ici ? Qu’attendez-vous de cette soirée ? » ; après, il s’agit de partager leurs réflexions sur ce qu’ils ont vu ou/et entendu. Avant le film, c’est un excellent moyen de créer une excitation autour de l’événement. Les gens adorent se rencontrer et sentir dès le départ qu’ils font partie d’un ensemble plus vaste et d’une dynamique en mouvement. Après le film, c’est un bon moyen d’aider les gens à ordonner leurs pensées avant de pouvoir poser des questions et/ou participer à un groupe de discussion. C’est aussi l’occasion de digérer les informations, qui peuvent déstabiliser, voire angoisser certaines personnes.

Le mur des commentaires
C’est un autre outil permettant aux gens de communiquer leurs réflexions sur la soirée et d’exprimer des opinions qu’ils ne se sentaient pas de partager en se levant pour prendre la parole. Sur un mur proche de la sortie, nous fixons – plusieurs feuilles mobiles de réunion collées ensemble, et les gens peuvent y écrire leurs commentaires. Cet outils produit parfois des retours précieux, et c’est un moyens pour les personnes timides de se faire entendre.

Faire la fête !
Faire la fête est une chose que nous autres, austères écologistes, ne savons pas bien faire, mais c’est un élément-clé à intégrer à chaque étape de votre travail. [Cela peut inclure] manger, boire, faire jouer des musiciens, danser. S’il n’est pas possible de clôturer chaque manifestation publique de cette manière, c’est un concept puissant à utiliser chaque fois que possible.

Récolter les adresses électroniques
Ces événements sont des occasions d’enrichir votre base de contacts et de soutiens. Vous pourrez ensuite utiliser les adresses pour envoyer une lettre d’information ou faire connaître les manifestations à venir. À chaque événement, nous plaçons une liste à l’entrée et invitons les gens à laisser leurs adresses électroniques, en insistant sur la confidentialité […] Envoyez toujours les messages en copie cachée (CCI).

Les 
post-it
[…] Quand les gens arrivent pour voir le film, nous leur donnons quatre post-it de couleurs différentes :
• rose – une chose que je peux faire
• jaune – une chose que Totnes peut faire
• orange – une chose que le gouvernement peut faire
• vert – une autre idée ou réflexion

En donnant les post-it, ne dîtes pas à quoi ils serviront afin de susciter une certaine attente.

Une suite
Cela marche très bien avec l’exercice des post-it, mais vous pouvez l’adapter à tout outil destiné à récolter les idées. Après la manifestation, saisissez les post-it et envoyez-les à tous les participants à la soirée. C’est très utile pour que les gens gardent les idées en tête et pour qu’ils voient que leurs idées contribuent à une vaste réflexion qui commence à se diffuser dans la population.

Organiser des réunions productives

Rapidement, vous constaterez que les réunions se multiplient et que vous devez faire beaucoup de choses dans un temps limité. […]

Tour de table
C’est un élément-clé de toute réunion, te nous l’utilisons de deux manières. En début de réunion, nous faisons le tour de tout ce qui s’est passé dans la commission de chacun depuis la dernière réunion. Chaque personne dispose de 5-10minutes et nous évitons de l’interrompre pour engager une discussion sur ce qu’ils viennent de dire. Chacun est invité à commencer son intervention par « Comment je me sens en ce moment » et à la terminer par ce qu’ils aimeraient mettre à l’ordre du jour.

Ordre du jour ouvert
Ne préparez pas d’ordre du jour à l’avance. Le danger des ordres du jour déjà prêts est qu’ils donnent l’impression qu’« ils » ont décidé à l’avance de ce qui sera discuté et même de ce qui sera décidé. Il est d’une importance capitale que les gens n’aient pas le sentiment que quelqu’un prenne le groupe en otage. […] Sur une feuille vierge, nous écrivons les sujets et questions que les gens proposent à l’ordre du jour. Une fois la liste terminée, nous l’étudions ensemble et classons chaque sujet dans l’une des trois catégories suivantes : « doit être discuté aujourd’hui », « ce serait mieux d’en discuter aujourd’hui, mais ça peut attendre », « ça peut attendre la prochaine fois ». Puis nous évaluons le temps qui reste et allouons une durée à chaque sujet retenu et essayons de nous y tenir religieusement. Il faut aussi tenir compte du reste de la réunion pour éviter de se séparer sur un sujet de discorde […].

Un début et une fin clairs
Faites commencer la réunion par quelque chose qui en marque l’ouverture, par exemple simplement dire que la réunion est ouverte. A la fin aussi, il est bien de clore formellement la réunion.

Faire la fête !
[…] Une des meilleures façons est de manger ensemble […] Outre calmer sa faim, cela satisfait le besoin d’apprendre à se connaître dans un contexte différent.

Déroulement d’une réunion typique du groupe de pilotage de Transition Totnes :

• Mot de bienvenue
• Tour de table où chaque personne parle pendant cinq minutes sans être interrompue pour expliquer ce qui se passe dans sa commission.
• Liste des sujets que les présents voudraient voir à l’ordre du jour.
• Étude de la liste et établissement des priorités […].

A la fin, choix de la réunion suivante, puis repas en commun.

Organiser un Café-débat

On peut résumer le café-débat en disant qu’il s’agit de « réveiller et mobiliser l’intelligence collective en discutant des questions importantes ». C’est un outil efficace pour étudier des sujets spécifiques. la différence avec les forums ouverts est qu’il est moins chaotique. Il part de l’idée que, pour beaucoup de gens, l’endroit où ont lieu les conversation les plus riches est là où ils se sentent détendus. Nous l’utilisons pour réunir des gens pour aborder des questions très précises, plutôt que pour leur laisser définir ces questions comme dans un forum. Il demande plus de préparation qu’un forum, mais cela permet d’approfondir efficacement les questions. Le World Café, un réseau de praticiens du monde entier, a défini sept principes qui présentent très clairement la démarche :

1) Définissez le contexte
Une des clés de la réussite est de bien préparer le débat. Cela inclut de réfléchir au thème, à la manière d’exprimer la question, aux personnes à inviter, à la date et au lieu, et à ce que vous en attendez.

2) Créez un espace accueillant
Le lieu où se tiendra votre café-débat doit être aussi accueillant que possible […]. Créer cette ambiance commence par l’invitation que vous allez envoyer : elle doit être brillante, audacieuse et sortir du lot des sollicitations que les gens reçoivent quotidiennement ; elle doit aussi inclure le thème du débat. En aménageant la pièce, disposez des tables rondes pouvant accueillir cinq personnes environ, couvrez-les de nappes en papier sur lesquelles seront posés des stylos, des fleurs et une bougie.
Une autre clé du succès est la présence de boissons et d’aliments […].

3) Abordez des questions qui comptent

La question que vous allez choisir nécessite une bonne dose de réflexion, car elle fera réussir ou échouer votre débat. Vous pouvez choisir une question générale qui sera approfondie progressivement, ou plusieurs questions concernant différentes facettes du sujet. La question doit être pertinente pour le groupe, elle doit être clairement posée, stimulante et inviter à poursuivre la réflexion. Elle doit relier les participants aux raisons qui les ont poussés à venir.
Au cours d’un café-débat […] dont le sujet était « envisager comment les collectivités peuvent prospérer après le pic et durant leur descente énergétique », nous avons défini quatre questions dont chacune devait être l’objet d’un temps de discussion :
– « le pic pétrolier est-il une crise ou une opportunité au niveau local ? »
– « Le modèle de la descente énergétique est-il pertinent dans mon cas et dans ma situation ? »
– « Comment communiquer sur les réponses collectives au pic, à l’intérieur et autre différentes collectivités ? »
– « Quels savoir-faire avons-nous besoin d’apprendre, quelle éducation et quelles formations mettre en place en réponse au pic ? »

4) Encourager chacun à contribuer
Toute personne participant à un café-débat fait partie d’un système plus grand, un réseau vivant. L’idée du café-débat est de maximiser le nombre de liens entre les gens, car plus il y a de connexions et plus l’intelligence collective est libérée. Pour cela, une cloche sonne toutes les quinze minutes pour indiquer qu’il est temps de changer de table. En quelques heures, pratiquement toutes les participants ont eu l’occasion de faire connaissance et d’échanger leurs idées.

5) Relier différentes perspectives
On y parvient en mélangeant les gens e plus possible pour créer un réseau dense de connexions. Chaque fois que les gens changent de table, il apportent le fil de leur conversation précédente au nouveau groupe. Au début du café-débat, chaque table choisit un « maître de table » qui reste tout le temps à la même table. Son rôle est de noter sur la nappe en papier les points abordés dans la discussion […].
A chaque changement, le maître de table communique ce qui a déjà été évoqué à sa table, tandis que les arrivant résument brièvement ce qui s’est dit autour des tables d’où ils viennent […].

6) Écouter ensemble
La qualité d’écoute est cruciale. C’est un art dont la plupart d’entre nous n’ont pas l’habitude, mais tout le monde peut l’apprendre. Écouter,c’est plus que se tenir tranquille en ouvrant les oreilles :

• Écouter celui qui parle avec la conviction implicite qu’elle a quelque chose d’important et de sage à dire.
• Écouter avec la volonté de se laisser influencer.
• Écouter ce qu’est la personne et admettre que son point de vue, même s’il diverge du vôtre, est tout aussi valable et représente un élément du tableau qu’aucun d’entre nous ne peut voir dans sa totalité.
• Quand vous parlez, soyez clair et succinct et ne monopolisez pas la parole. En écoutant, ne préparez pas la réponse que vous allez faire à ce qui est dit et soyez ouvert à l’autre. Essayez d’entendre ce qui se trouve derrière les mots, ce que cela signifie et identifiez les nouvelles questions qui émergent.

7) Partagez les résultats
À la fin de la séance, les résultats peuvent être partagés de diverses manières. On peut fixer toutes les nappes au mur, faire un tour de table où chaque maître de table résume les principaux points de la discussion à sa table. cela peut-être suivi d’un tour de table plus large où chaque participant pourra exprimer ses réflexions sur la démarche, ce qu’ils en ont retire et quelles question cela a fait surgir. On peut ensuit saisir les notes et les envoyer à tout le monde. […].

Organiser un forum ouvert

Les forums ouverts sont un outil efficace pour amener de grands groupes de personnes à discuter entre elles sur divers sujets. Il y a quatre règles et une loi :

Les quatre règles :
• Tous ceux qui viennent sont les bonnes personnes.
• Quoi qu’il se passe, c’est la seule chose qui aurait pu se passer.
• Quel que soit le moment où il démarre, c’est le bon moment.
• Quand c’est fini, c’est fini.

La Loi des Deux Pieds :
Si, pendant la réunion, des personnes qu’elles n’apprennent rien et n’apportent rien, elles ne doivent pas hésiter à faire usage de leurs pieds pour se rendre dans un endroit plus productif. La clé de la réussite est la question – généralement incluse dans le titre de la réunion – qui est soumise à la discussion ce jour-là. Quelques exemples de Totnes :

– Comment nourrir Totnes après l’âge du pétrole bon marché ?
– Comment fournir Totnes en énergie…
– le renouveau économique de Totnes : comment bâtir une économie soutenable, équitable et saine ?

Vous pouvez choisir d’inviter des personnes précises ou de l’ouvrir à tous. La salle doit être suffisamment grande pour que tous les participants puisent s’asseoir en cercle et pour organiser différents ateliers.

Au centre du cercle se trouve une pile de feuilles de papier et de stylos, et au mur est fixé un planning encore vierge, avec les heures sur un axe et les ateliers sur l’autre. Chaque case a la taille d’une feuille de papier. Énoncer les règles du forum en expliquant que la seule obligation pour proposer une question est de l’organiser et de prendre des notes pour ceux qui ne pourront suivre la discussion, d’écrire la question sur une feuille et de coller celle-ci dans une des cases. Puis donnez le signal du départ.

Il s’ensuit une mêlée de dix minutes pendant lesquelles les gens soumettent leurs questions. S’il y a plus de questions que de cases, regroupez-les par affinité de sujet qui servira de base à un atelier. Une fois votre planning plein, les gens prennent le temps de le lire pour choisir leurs ateliers, puis faites sonner une cloche pour annoncer le début de la première session.

En théorie, le reste de la journée s’organise tout seul. Chaque atelier doit disposer à volonté de papier pour tableau et de feutres. À la fin de chaque session, faites sonner la cloche, rassemblez les feuilles et fixez-les sur un mur, dans un lieu appelé « Place du Marché ». Vous pouvez aussi en saisir le contenu, de préférence au fur et à mesure pour éviter d’être débordé de travail le lendemain.

À la fin du forum, prenez 30-40 minutes pour un tour de table au sujet de la réunion et de la démarche, plutôt que sur les sujets abordés dans la journée.  Les forums ouverts sont incroyablement faciles à organiser et sont un moyen particulièrement efficace d’approfondir des sujets, attirant tous ceux qu’un sujet donné intéresse. Pour votre premier forum, une personne ayant l’expérience de la démarche peut vous apporter une aide utile, mais une fous que vous en aurez organisé un, vous serez émerveillé par la simplicité de cet outil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *