Tour du monde de la Transition – Luxembourg: Un bâtiment-concept autonome en énergie

Cet article a été publié dans le magazine Imagine Demain le monde, dans un dossier réalisé par Laure de Hesselle (numéro 120).

Un peu partout sur la planète, des citoyens se rassemblent pour monter des projets leur offrant plus de convivialité et d’autonomie. Le mouvement de la Transition est en effet présent dans plus de 50 pays. Durant ce mois de juin, nous vous proposons en collaboration avec le magazine Imagine une petite visite, de Séville à Kumamoto en passant par Zagreb ou Sao Paulo, de lieux où se prépare le monde de demain, sans pétrole mais plein de chaleur humaine.
Carte de certaines initiatives de la Transition au Luxembourg

Le Luxembourg est un petit pays (550 000 habitants) et les chemins administratifs y sont très courts. « Du coup, la Transition reçoit pas mal de soutien de la part des autorités, explique Katy Fox, fondatrice du mouvement au Luxembourg. Il y a beaucoup de bonne volonté par rapport au mouvement et une réelle collaboration. Les Verts sont présents dans le gouvernement, et le mot “transition” très visible dans leur programme. La logique d’implantation d’une économie circulaire est également assez avancée. L’économiste Jeremy Rifkin s’est d’ailleurs vu commander une étude à l’échelle du pays. Nous sommes aussi en contact avec le Conseil supérieur du développement durable. Ces implications à différents niveaux nous aident à avancer. »

 

 

Le mouvement de la Transition participe au projet de construction d’un Earthship

Un exemple de cette transition luxembourgeoise : l’Äerdschëff. Fabriqué sur le modèle de l’Earthship étatsunien, ce bâtiment-concept construit par Mike Reynolds au cours des années 70 dans le désert de Taos se veut entièrement autonome, aussi bien en termes d’eau, de chauffage, d’électricité que d’assainissement ou d’alimentation. « Nous cherchons à adapter ce projet aux conditions climatiques de l’Europe, évidemment plus humides et froides. Nous y ajoutons le respect des standards écologiques des matériaux, plus poussés ici, et y introduisons l’économie circulaire, en réfléchissant à la finalité du bâtiment. L’aspect off-grid, hors réseau, est assez complexe chez nous où la réglementation est forte

L’objectif étant par ailleurs de créer ainsi un lieu éducatif où parler de l’énergie, des matériaux de construction et de l’impact de ceuxci sur l’environnement. Implanté sur un terrain

Implanté sur un terrain appartenant à l’Etat, ce projet est cogéré par des bénévoles et des entreprises privées. « On a souvent peur de la récupération, mais nous avons mis en place une charte claire, et les entreprises savent à quoi elles s’engagent. Au final, c’est compliqué de travailler avec autant de partenaires, mais c’est aussi enthousiasmant », conclut Katy Fox.

Au final, c’est compliqué de travailler avec autant de partenaires, mais c’est aussi enthousiasmant


Le magazine Imagine Demain le monde est partenaire du Réseau Transition.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *