Les 200 compétences artisanales requises pour une ville fonctionnelle

Wikimedia commons, domaine public
Wikimedia commons, domaine public

Nous vous présentons une traduction (merci André) d’un article de Rob Hopkins, initialement publié le 22 janvier 2009. Elle pourrait nous inspirer dans la recherche de métiers nécessaire à une économie locale bas carbone et qui tente de limiter les changements climatiques. Pourrait-elle être florissante ? Et si c’était la seule voie possible en tenant compte de l’abandon et/ou de la raréfaction des énergies fossiles ? Et si cette organisation sociétale créait plus d’emplois et de bien être ?

Les 200 compétences artisanales requises pour rendre une « ville victorienne » fonctionnelle

« Ces discussions ont suivi la publication sur mon blog de la Déclaration d’Indépendance de la Transition. L’histoire a émergé de la liste des 200 compétences nécessaires à l’époque victorienne parue dans les 2 dernières pages d’annexes de « Victorian Oamaru : une vision pour l’avenir » par Michael O’Brien, qui fut imprimé à la main et n’est pas disponible sous forme électronique.

Merci à Corinne d’avoir retapé cette liste et à Ted de l’avoir trouvée. J’ai mon nom qui y est apposé comme pâtissier. Vendeurs d’assurance, prenez note : Il est intéressant de lire ceci dans le cadre du commentaire de Richard Morrison dans une de ses chroniques dans le Times : « Je pense que nous sommes à l’aube du changement social le plus surprenant dans nos vies : une redécouverte des plaisirs à vivre dans la simplicité et dans l’esprit de clocher… Je ne souhaite le retour du corned beef à personne. Mais pour le reste ? Un nouvel âge d’austérité pourrait être tout à fait rafraîchissant.»

Ainsi, voici ces 200 métiers artisanaux dans leur intégralité…

Travaux du bois. Coupeurs de petits bois, fabricants d’obstacles de claie (ou canis)*, fabricants de râteaux, fabricants de fourches, fabricants de balais, fabricants de manches, fabricants de cerceaux, fabricants d’échelles, fabricants de berceaux, fabricants de forets et de chevilles, tailleurs de semelles de sabots, bricoleurs, brûleurs de charbon, vanniers de paniers de chêne, fabricants de paniers de jardin (c’est-à-dire panier avec manche), fabricants de bâton et de mât, fabricants de barrières de champ, vanniers de paniers de saule, fabricants de filets.

wikimedia commons, domaine public
wikimedia commons, domaine public

Travaux de construction. Maçons, menuisiers, couvreurs, parqueteurs, monteurs de murs en tourbe, artisans de toits en chaume, lateurs de toits , brûleurs de chaux, fabricants de peinture, souffleurs de verre, vitriers, artistes vitriers (verres teintés ou peints), fabricants de briques crues, tuiliers, ramoneurs, plombiers, décorateurs, bâtisseurs de ponts, polisseurs (technique française)**, dessinateurs de pancartes et panneaux.

Travaux de campagne. Poseurs de haie, Monteurs de murs en pierre sèche, fabricants d’échaliers, puisatiers, coupeurs de tourbe, jardiniers, horticulteurs, vignerons, arboriculteurs, pépiniéristes, sylviculteurs, agriculteurs, bergers, tondeurs (de moutons), apiculteurs, meuniers, pêcheurs, spécialistes des vergers, vétérinaires.

Travaux d’atelier. Fabricants de chaise, fondeurs (et couleur) de fer, forgerons, charrons (c’est-à-dire fabricants de roues), tonneliers, chaudronniers, étameurs (c’est-à-dire ferblantiers), tourneurs sur bois, constructeurs de voitures (à cheval), constructeurs de bateaux, fabricants de voiles, fabricants de corde, fabricants de chariot, fabricants de blocs, billots, dalles, (etc), tanneurs de cuir, fabricants de harnais, selliers, fabricants de collier de cheval, fabricants de botte et chaussure, cordonniers, sabotiers, fabricants de couteau, tailleurs, tailleurs de meule***, potiers, imprimeurs, typographes, calligraphes, relieurs, papetiers, fabricants de meubles, bijoutiers, mécaniciens, chaudronniers, hommes de chaudière (ou chauffagistes), savonniers, armurier, forgeron d’épée, fabricant de brosse, fabricant de bougie, artiste, sculpteur, créateur de feu d’artifice, constructeur de cycle, sculpteur sur os, fabricant d’instrument de musique, fabricant de pipe en argile, outilleur.

Travaux textiles. Fileur, tisserand, teinturier, producteur de soie, tailleur, couturière, modiste, chapelier, fabricant de dentelles, fabricant de bouton, fabricant de tapis et de carpette, travailleur au crochet, fripier et spécialiste du macramé, tricoteuse, fabricant de sarraux et tabliers, brodeur, travailleur du cuir, fabricant de feutre.

Travaux domestiques. Fumeur de poisson, cureur de lard****, fabricant de beurre, fromager, brasseur, fabricant de cidre, vigneron, distillateur, herboriste, glacier, boucher, poissonnier  (la vente, pas la pêche), pâtissier, fabricant de saumure, boulanger, préparateur et torréfacteur de café, homéopathe, réflexologue, ostéopathe, naturopathe, conteur, enseignant naturaliste, historien, bouffon, acteur, administrateur, philosophe, ouvrier, poète, écrivain, sage-femme, tavernier, libraire, bibliothécaire et idiot – il n’y a pas de chômage dans ce modèle traditionnel !

Il y en a sans doute beaucoup d’autres auxquels je n’ai pas pensé. »

Notes de traduction

* Claies (ou canis), tissés à partir du saule ou du noisetier, entrelacés autour de deux ou trois poteaux , servaient dès l’Angleterre médiévale à enfermer le bétail ou à séparer les champs respectifs dans les systèmes de terres partagées collectivement, ils ont aussi servi comme traîneau de fortune avec lesquels il n’était pas rare de transporter un prisonnier qui y était attaché et tiré à cheval jusqu’au lieu d’exécution. (NDT)

** Polir selon la technique française est un processus de finition du bois qui revient à faire ressortir le bois de manière chatoyante avec des couleurs profondes et une brillance élevée en appliquant patiemment de nombreuses fines couches de laque dissoutes dans l’alcool en frottant avec une compresse de chiffon huilée. (NDT)

*** Tailleurs de meule. Leur travail consistait à tailler la pierre (ou à la sertir de pièces de métal) pour la rendre rugueuse et propice au travail du grain (broyage). La plupart du temps, ces travailleurs étaient itinérants et non attachés, à part entière, à une communauté. (NDT)

**** Curer le lard est une technique de préservation et d’assaisonnement de la nourriture (ici spécifiquement du lard) par l’addition (d’une combinaison) de sel, de nitrites, de nitrates ou de sucres (voire le fumage qui n’en est qu’une forme particulière) (NDT)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *