La montée des monnaies de la Transition

Brixton PoundTransition Town event
La livre de Brixton, UK

Avec déjà 11 monnaies de la Transition dans 5 pays, et bien plus si on compte celles qui sont dans les cartons, les monnaies locales font partie des actions les plus immédiates et tangibles des Initiatives de Transition.

Tout a commencé en Angleterre, à Totnes, berceau de la Transition, avec la livre de Totnes qui a vu le jour dès 2007. Elle fut rapidement suivie par ses petites soeurs, la livre de Stroud, la livre de Brixton, la livre de Bristol, dans laquelle le maire de la ville perçoit l’intégralité de son salaire, la livre d’Exeter tout récemment, et bientôt les livres de Kingston, Plymouth, Hull, Oxford, Liverpool, Cardiff, Southampton,…

En Belgique, nous ne sommes pas en reste. Chez nous aussi, les monnaies locales inspirent les Initiatives de Transition.

Localcurrencies4Les ‘Valeureux’ de Liège et les ‘Blés’ de Grez-Doiceau sont déjà en circulation alors que Rochefort-en-Transition et Ciney-en-Transition planchent sur leur projet de ‘Voltî’.
Elles viennent rejoindre l’‘Epi lorrain’ de la Gaume et la Lorraine belge, le ‘Ropi’ montois, le ‘Torekes’ de Gand ou encore la ‘Minuto’ de Braine-le-Comte, qui est une “monnaie temps”.

On sait que les monnaies locales redynamisent l’économie locale, le circuit court, et nous poussent à réfléchir au fonctionnement de la finance et à notre rapport à l’argent. Mais on s’intéresse plus rarement à la réflexion qui a mené au choix de leur nom et de leur design. Chacune de ces monnaies semble pourtant raconter son territoire.

Nous avons posé la question à Eric de Grez en Transition, Eric de Liège en Transition et Jean-Sébastien de Rochefort en Transition

Les BLES de Grez

A Grez, après avoir envisagé les “Dragons” (pour St Georges et le dragon), les “Gayoles” (en référence à un artiste local), ou encore les “Oseilles”, la monnaie locale a été baptisée « BLES » pour ‘Bon Local pour l’Economie Solidaire’. Ce qui permet aussi d’utiliser des expressions comme « avoir du BLES plein les poches »… pour la communication, et reprend l’image de la céréale pour l’idée de cycle, de quelque chose qui nourrit…

Le nom de la monnaie a inspiré son design qui reprend, d’un billet à l’autre, le cycle du blé: graine pour le billet de 1 blés, jeune pousse pour le billet de 5 Blés, blé à maturité pour celui de 10 Blés et récolte et partage d’une génération à l’autre pour le billet de 20 Blés.

blés
“Utiliser des blés correspond à un “vote citoyen” pour la société de demain”.

Les Valeureux Liégois

A Liège, nous raconte Eric, l’idée du “Valeureux” est apparue lors d’une fête sur le Développement Durable où Liège-en-Transition organisait un forum. Un groupe y discutait d’un système de ticket à prévoir pour un salon local du Développement durable et qui symboliserait une monnaie. On voulait lui donner un nom qui sonne bien liégeois. Les idées ont été lancées en brain storming: marionnette, Tchantchès et Nanesse, des chansons estudiantines,… Caroline a alors lancé “le valeureux”, en référence à la chanson du Valeureux liégeois, et on l’a tous adopté à l’unanimité!

Par la suite, quand le projet de monnaie locale a pris forme, le nom de Tchantchès nois est revenu en mémoire. Pour le choix du graphisme des billets, on est restés dans la même logique. On a choisi des images symbolisant Liège et le folklore estudiantin.

Valeureux

Sous la pression du lobby féministe… et un peu en représailles (on dit “un” Valeureux!), Nanesse se retrouve sur le billet de 1 Valeureux, alors que Tchantchès n’a droit qu’à celui d’un demi. Le billet de cinq Valeureux représente Li Torè, l’un des plus populaires monuments liégeois, mis à l’honneur par les étudiants lors de la fête de la Saint-Torè. Le billet de dix, qui se devait d’être plus “riche”, plus “classe”, est décoré d’une ancienne gravure bien connue des plus anciens, représentant un boulevard de la ville. Enfin, au recto de chaque billet on peut voir une farandole qui danse autour du Perron, endroit bien connu des locaux qui représente la liberté, si chère aux liégeois. C’est “the place to be”, l’endroit où les mouvements alternatifs se retrouvent pour prendre un verre et refaire le monde.

Le Voltî en Condroz-Famenne

Quant au Voltî en Condroz-Famenne, Jean-Sébastien nous raconte: “Le choix du nom du Voltî s’est fait via un appel à idée. Lors de nos présences en public (marché fermier, festival de rue), on avait mis une boîte à idée. On donnait un petit papier et un bic aux curieux.
Je pense qu’on avait une cinquantaine de propositions différentes. On a débattu et fait plusieurs tours de table lors d’une réunion : il fallait que chacun en retienne quelques uns d’abord, puis on proposait des « exclusions » et de fil en aiguille, on s’est arrêtés collectivement sur le choix de Voltî.
Cela vient du wallon (« volontiers ») qui symbolise notre engagement dans la Transition et dans la monnaie locale. Il y a aussi en filigrane, le mot Volt, qui symbolise l’énergie qu’on veut y mettre.”Volti

Le choix de l’illustration des Voltî est encore en pleins débats. L’idée est de mettre par écrit ce qu’ils veulent, de contacter un maximum d’infographistes de la région via les réseaux sociaux et leurs réseaux personnels/contacts, et de sélectionner un pré-projet. Ensuite, ils s’engageront avec l’heureux élu pour finaliser l’illustration de leurs billets.

 

Message pour la COP21 :

« Pour nous, les choses sont claires. Nous ne parviendrons à une société sobre en carbone ou en émissions négatives qu’en nous réappropriant, en relocalisant et en rendant plus transparent l’économie. La livre de Bristol est un puissant moteur de changement systémique qui raccourcit la chaîne d’approvisionnement et réduit notre dépendance vis-à-vis des infrastructures de transport gourmandes en énergies fossiles. Elle nous parle de ce à quoi l’économie doit servir. C’est un outil des nouveaux possibles, démocratique et source d’un changement concret, ici, à Bristol. »
Ciaran Mundy, Livre de Bristol

CommandezCOP21


Puisque vous êtes ici…

…nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à s’impliquer dans le mouvement de la Transition en Belgique et à travers le monde, mais il est pourtant de plus en plus difficile de financer nos missions de base : favoriser l’émergence et le déploiement de la Transition à travers des formations, du support, des événements, des témoignages…

Si toutes les personnes qui sont impliquée ou lisent et apprécient les contenus sur notre site contribuent financièrement, l’action du Réseau Transition sera pérennisée et renforcée. Même pour 5 €, vous pouvez soutenir la Transition - et cela ne prend qu’une minute. Merci !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.