Inclusion et Transition ou comment revenir à l’essence de la Transition

Ce mardi 11 octobre, j’étais invitée à venir parler de la Transition lors des 10 ans de l’asbl Les Pilotis, une association travaillant à l’inclusion des personnes handicapées. Quand un membre des Pilotis m’a contactée pour venir présenter la Transition, j’ai rapidement dit oui. Mon intuition me soufflant que leur projet avait bien tout à voir avec la Transition. Et je n’avais pas tort.

Concrètement, Les Pilotis ont ouvert deux maisons (bientôt trois) à Bruxelles où de jeunes adultes en situation de handicap peuvent vivre comme à la maison avec l’aide d’accompagnateurs.

Un des premiers éléments de similitude entre ce projet fort d’inclusion et la Transition est lié à la volonté d’épanouir des personnes ayant subi un choc extérieur important. Les initiatives de Transition renforcent leur communauté face à des chocs extérieurs grandissant comme la fin des énergies bon marché, les changements climatiques ou les crises financières. Les Pilotis construisent la résilience des familles face à un choc plus personnel mais tout aussi impactant : le handicap important d’un membre d’une famille.

En effet, les Pilotis, en soutenant ces jeunes adultes un peu différents, souhaitent construire leur résilience personnelle tout en les incluant dans la vie de leur communauté, de leur quartier.

image-des-pilotis

Outre le fait que les habitants des Pilotis sont membres de GASAP (Groupe d’Achat Solidaire avec l’Agriculture Paysanne) de leur quartier, participent au poulailler collectif et prennent les transports en commun, l’esprit qui anime le projet revient, à mon sens, à l’essence même des principes de la Transition.

Les habitants des Pilotis font leurs courses dans leur quartier, et, ce faisant, favorisent les commerces de quartier, l’économie locale. Mais c’est également une communauté locale forte qui leur permet d’être inclus et de vivre leur vie dignement, une vie où leur handicap n’est plus qu’une de leurs particularités.

« Aujourd’hui, plus besoin d’expliquer ou de justifier l’absence de mots, les gestes un peu déplacés, les attitudes inattendues. Pharmacien, boulanger, libraire, coiffeur, boucher, connaissent ces habitants du quartier, leurs habitudes et parfois leur difficultés. »

Extrait de « J’habite dans ma maison » n°3, le Journal des Pilotis

Par ailleurs, les membres de l’association Les Pilotis réfléchissent et expérimentent pour que leurs travailleurs, les accompagnateurs professionnels et les bénévoles se sentent bien dans l’association et puissent contribuer au mieux à la vie des habitants. Pour cela, ils se sont tournés vers les principes de la permaculture au travail, en mettant l’accent sur la responsabilisation et l’autonomie de chacun.

Responsabilisation et autonomisation qui valent également pour les habitants, chacun travaillant à la tenue de leur maison en aidant à faire la vaisselle, mettre la table, tondre la pelouse.

Autonomie, responsabilisation, résilience personnelle, du groupe et de la communauté, ancrage dans la communauté locale : des principes de Transition merveilleusement portés par les Pilotis.

Pour une belle illustration de comment l’ASBL les Pilotis fait Transition, vous pouvez jeter un coup d’œil à leur dernière publication pilotis-journal-3.

Pour en savoir plus sur l’asbl Les Pilotis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *