EcoCrew, Afrique du Sud

Quel genre de rôle pourrait jouer la Transition dans des régions qui pansent encore les blessures d’hier infligées par l’apartheid, qui doivent trouver un moyen aujourd’hui de soutenir leurs jeunes et qui devront réagir demain aux changements climatiques ?

Greyton Transition Town (GTT), lancé en décembre 2012 par Nicola Vernon, est le premier groupe de Transition officiel en Afrique. D’après Nicola : « La Transition est le meilleur moteur d’intégration sociale que j’aie pu observer en 30 ans d’expérience dans le secteur social ». Greyton est une belle ville prisée par les touristes, mais, comme dans beaucoup de régions d’Afrique du Sud, les cicatrices de l’apartheid y sont encore visibles. Les séparations érigées à cette époque se font toujours sentir aujourd’hui. Beaucoup de ces habitants souffrent de la pauvreté, d’un manque de formation et du chômage.

Greyton Transition Town se distingue d’autres groupes dans le sens où il parvient à se financer avec les bénéfices de deux entreprises qu’il a fondées : un Ecogîte, offrant des logements abordables, et un restaurant végétarien/végan. Même si les projets de l’équipe de GTT veillent à défendre de nombreuses causes, leur travail tourne cependant davantage autour de l’enseignement de valeurs humaines et environnementales dans les écoles locales. C’est une histoire magnifiquement décrite en images dans la vidéo ci-dessus réalisée spécialement pour les 21 Histoires de Transition.

Leur Programme de sensibilisation à l’environnement Ecocrew prévoit, entre autres, de :

  • se réapproprier et remettre en état une grande partie de la décharge municipale pour la transformer en un parc vert, y planter 500 arbres dans le cadre du Verger de Greyton et y construire une salle de classe extérieure en écobriques (des bouteilles en plastiques remplies de déchets plastiques non recyclables)Greyton3
  • apprendre la permaculture et démarrer des potagers bio avec les six écoles locales, permettant à l’école d’offrir, avec la production, des repas de qualité aux élèves les plus pauvres
    Greyton1

    « Souvent, les problèmes que l’on connaît avec les enfants désavantagés par l’histoire en Afrique du Sud s’expliquent par un manque d’espoir. Ils ne voient pas l’intérêt d’étudier car il y a trop peu de portes qui s’ouvrent à eux : seulement le chômage ou des emplois misérablement payés comme serveur, jardinier ou domestique. Tous nos enfants peuvent maintenant s’inspirer de l’Ecocrew, cela leur donne de l’espoir et motive toute l’école. »

    Rodney Cupido, Directeur de l’école secondaire Emil Weder

  • mettre en place des « magasins d’échanges » dans les écoles locales : des endroits où les enfants et leurs parents peuvent amener des déchets recyclables propres et secs en échange de bons qu’ils pourront ensuite faire valoir dans la boutique de l’école pour acheter des biens de première nécessité (comme des vêtements, des produits d’hygiène, des couvertures et du matériel scolaire)
    Greyton2
  • collaborer avec d’autres organisations comme l’Aquarium The Two Oceans à Le Cap, pour participer à une balade le long de la côte en vue de sensibiliser à la situation désespérée des manchots africains, ou Greenpop, une association nationale de reforestation, pour soutenir leur travail en Afrique du Sud (replanter une ancienne forêt sur la côte sud) et en Zambie (aider à la reforestation d’une partie du pays décimée par la coupe illégale d’arbres)
  • démarrer un programme expérimental d’enseignement des valeurs humaines afin de susciter l’empathie des enfants pour eux-mêmes, leurs amis, leurs parents, leurs professeurs et l’environnement.

Message pour la COP21 :
« Tout est possible à force de volonté. Il faut faire preuve de cohérence dans nos actions. Qui que vous soyez, même seul, vous pouvez changer les choses. D’autres verront ce que vous faites, vous suivront, parce que ce qui importe vraiment, c’est la façon de le faire. »
Marshall Rinquest, Greyton Transition Town

CommandezCOP21

 


Puisque vous êtes ici…

…nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à s’impliquer dans le mouvement de la Transition en Belgique et à travers le monde, mais il est pourtant de plus en plus difficile de financer nos missions de base : favoriser l’émergence et le déploiement de la Transition à travers des formations, du support, des événements, des témoignages…

Si toutes les personnes qui sont impliquée ou lisent et apprécient les contenus sur notre site contribuent financièrement, l’action du Réseau Transition sera pérennisée et renforcée. Même pour 5 €, vous pouvez soutenir la Transition - et cela ne prend qu’une minute. Merci !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.