Des formations de qualité, oui mais à quel prix ?

P1070720Depuis 2012, le réseau transition propose des formations variées et qui répondent aux besoins des groupes et des personnes qui se mettent en chemin pour recréer du lien social, développer une économie locale résiliente et permettre à toutes celles et ceux qui le veulent de trouver une place et du plaisir dans le mouvement de la Transition. Ces formations étant subventionnées, nous avons pu les développer jusqu’à aujourd’hui de façon professionnelles tout en les proposant à un prix « militant associatif », inférieur à leur coût réel.

Nous pensons que les événements et évolutions que l’on observe en Belgique et dans le monde entier rendent notre action encore plus importante et pertinente. Nos formations ont d’ailleurs une bonne réputation pour leur qualité auprès des personnes qui y ont participé. Et pourtant, il est de plus en plus difficile d’obtenir le soutien (financier) des pouvoirs publics. Il est donc de plus en plus difficile de maintenir nos formations aux tarifs que nous pratiquons depuis 2012.

Mais nous ne voulons pas baisser les bras. Arrêter d’organiser des formations n’est pas à l’ordre du jour. Mais comment en préserver l’offre, sa qualité et son accessibilité ?

Arrêter de payer les formateurs et ainsi augmenter leur précarité ? Il est probable que certains formateurs ne pourraient pas se permettre de continuer à s’impliquer bénévolement dans la formation en plus de leur implication dans leurs initiatives locales. Alors même que c’est cette implication locale qui leur permet d’affirmer leur qualité de formateurs en étant connectés aux pratiques de terrain.

Augmenter le prix des formations pour que les participants paient le prix réel ? C’est demander aux personnes qui donnent déjà beaucoup pour leurs projets et qui décident de se former pour pouvoir donner encore plus et mieux de supporter, en plus, le coût financier.

Aller chercher de l’argent auprès d’entreprises qui ne respectent pas les valeurs de la transition ? Hum, à priori nous n’avons pas cette intention.

Demander aux initiatives de s’affilier et affilier leurs membres ? Jusqu’à présent le réseau transition a considéré qu’il ne devait pas demander aux initiatives de lever des fonds pour lui mais plutôt de se concentrer sur leur action locale. Pourrons-nous rester sur cette position ?

La réponse nous ne l’avons pas encore, c’est une question essentielle qui se pose pour les formations mais aussi pour les autres activités du Réseau Transition (voir l’article « histoire de sous et de points d’interrogations »).

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Josué

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.